MediaUniversel e-MU
Reprenons notre pouvoir médiatique : « Je suis Média de ma pensée »

INFORMER, FORMER, ŒUVRER

La nécessité de créer et de développer des CristalS pour augmenter les communs, réclame de créer les infrastructures afin de rendre possible la diffusion des interactions entre les éléments acteurs ou opérés. Cette logique est celle des principes d’internet cube et d’HyperCrate?
Les richesses viennent des valorisations(IN-dépendantes de la monnaie et de la dette) qui, tout en transformant les contributions, en plus-values d’usage, accroissent les ressources disponibles pour chacun.
Une information généralisée sur les proxémies, les ”territorialités” hyperlocales, est primordiale. Pour cela chacun doit être en capacité de retracer et d’exprimer ses ressentis, afin de les exposer aux autres.
Cette étape est primordiale pour une approche de nos altérités et pour rendre possible des échanges entre elles. Il en résulte des enrichissements issus de la divergence et non des stériles confrontations générées par la létale convergence et une mythique majorité.
Pour cela, il est nécessaire d’avoir des groupes d’écoute accueillants (Bruno MARTIN-VALLAS) et des formations, non pas de bazoches et de syllogismes, mais avoir une auto-réflexion écoutée, et comment exprimer celle-ci.
De surcroît, comprendre les avancées de la connaissance et de la pensée (humaine mais sans exclusive, mais aussi des végétaux, animaux, ...) s’impose.

Tout ceci n’a de finalité qu’à faire vivre nos projets, les mettre à l’ouvrage et parvenir à réaliser nos œuvres.

Les ouvages
“Vente des derniers œufs bio et plein-air !”
Un outil pédagogique

Devant la sous-préfecture à DRAGUIGNAN
“Vente des derniers œufs bio et plein-air !”

Appel à toutes les paysannes et paysans, notamment les éleveurs et éleveuses plein-air et bio, à venir défendre l’élevage de volailles plein-air ce 17 novembre !

APPEL A MOBILISATION

MERCREDI 17 NOVEMBRE de 10H à 13H

Devant la sous-préfecture à DRAGUIGNAN

“Vente des derniers œufs bio et plein-air !”

Événement facebook : https://fb.me/e/44dINKexd

Confédération Paysanne du Var - Agribiovar - AMAP de Provence
­

Article mis en ligne le 12 novembre 2021

par Redaction

Acte 1 : Condamnation à l’enfermement avec sursis

Acte 2 : 5 Novembre 2021, passage au risque élevé

Acte 3 : MOBILISONS-NOUS !

Mis hors la loi par le ministre, c’est une déclaration de guerre aux très nombreux paysans et paysannes déterminés à ne pas se laisser faire.
­
­La Confédération Paysanne du Var, AgribioVar et Les AMAP de Provence appellent toutes les éleveuses, tous les éleveurs, tous les paysans et paysannes toutes productions confondues, à se mobiliser contre cette loi absurde !

Aujourd’hui ce sont les volailles, qu’en sera-t-il demain pour les autres ?

Les consommateurs doivent être informés de la disparition des élevages de plein-air !

Cette manifestation aura lieu devant la sous-préfecture de Draguignan de 10h à 13h mercredi 17 Novembre

Elle sera accompagnée d’une vente d’œufs bio pour sensibiliser les consommateurs sur les normes imposées aux producteurs de volailles plein-air qui les condamnent à abandonner le mode d’élevage plein-air en confinant leurs animaux une majeure partie de l’année ou de cesser purement et simplement leur activité.

Nous appelons toutes les paysannes et paysans, notamment les éleveurs et éleveuses plein-air et bio, à venir défendre l’élevage de volailles plein-air ce 17 novembre !

C’est l’avenir même de la paysannerie qui est en jeu !!

POUR PARTAGER L’ÉVÉNEMENT FACEBOOK, C’EST PAR ICI : https://fb.me/e/44dINKexd
­
­

Acte 1 : Condamnation à l’enfermement avec sursis

­

Sous couvert de lutte contre la grippe aviaire, le gouvernement a publié trois arrêtés qui ont comme conséquence concrète la fin de l’élevage plein-air et bio en France. Le choix des éleveurs et éleveuses est restreint : soit accepter d’enfermer leurs animaux la majeure partie de l’année quand cela leur est possible soit cesser leur activité. Environ 30% des éleveurs vont être acculés à la cessation très prochainement.
La politique sanitaire actuelle ne s’attaque pas à l’industrialisation de la filière volailles qui est à l’origine de cette crise sanitaire : transports incessants d’animaux vivants, uniformisation génétique et densité animale excessive.

Pire, cette réglementation a des conséquences scandaleuses :

  • - la fin de l’élevage de volailles plein-air et donc bio
  • - une tromperie massive des consommateurs et consommatrices en vendant comme du « plein-air » des produits qui ne le seront plus.
  • - la destruction du cahier des charges des labels qui garantissaient une densité au moins huit fois plus faible et un accès au plein-air durant toute l’année.
  • - un coup fatal au bien-être animal en enfermant les volailles une grande partie de l’année voire toute l’année comme dans les unités industrielles.
  • - la destruction des circuits alimentaires locaux et la baisse de la qualité des produits proposés à la population.

Acte 2 : 5 Novembre 2021, passage au risque élevé


TOUTES LES VOLAILLES DOIVENT ÊTRE ENFERMÉES !!

­

Cette décision condamne tous les éleveurs plein air à être hors-la-loi ou à disparaître, alors que rien n’est fait pour réguler les flux massifs d’animaux et de personnes orchestrés par les filières industrielles. C’est pourtant la concentration des élevages et ces flux qui, comme lors de la dernière crise, permettent la propagation du virus.

En condamnant les élevages à claustrer toutes leurs volailles, le ministre fait le choix de sacrifier le plein-air dans l’espoir de permettre à la filière industrielle d’exporter le plus longtemps possible... jusqu’à ce qu’elle propage elle-même la grippe aviaire et déclenche la fermeture des frontières des pays étrangers aux volailles françaises.

Les éleveurs de poulets, de pintades, de poules pondeuses, de canards et de volailles festives en plein air continueront de préserver la qualité de vie de leurs animaux par l’accès aux parcours. Ils garantiront aux consommateurs la confiance sur la qualité de leur alimentation, dans le respect des mesures de biosécurité déjà mises en place pour empêcher la propagation de la grippe aviaire dans les élevages autarciques.

Mis hors la loi par le ministre, c’est une déclaration de guerre aux très nombreux paysans et paysannes déterminés à ne pas se laisser faire.
­

­Acte 3 : MOBILISONS-NOUS !

­

La Confédération Paysanne du Var, AgribioVar et Les AMAP de Provence appellent toutes les éleveuses, tous les éleveurs, tous les paysans et paysannes toutes productions confondues, à se mobiliser contre cette loi absurde !

Aujourd’hui ce sont les volailles, qu’en sera-t-il demain pour les autres ?

Les consommateurs doivent être informés de la disparition des élevages de plein-air !

Le plein-air n’est pas négociable ! Notre manière de produire en accord avec le social, l’environnement et le bien-être animal n’est pas négociable ! La poursuite de l’agriculture paysanne n’est pas négociable !

Cette manifestation aura lieu devant la sous-préfecture de Draguignan de 10h à 13h mercredi 17 Novembre

Elle sera accompagnée d’une vente d’œufs bio pour sensibiliser les consommateurs sur les normes imposées aux producteurs de volailles plein-air qui les condamnent à abandonner le mode d’élevage plein-air en confinant leurs animaux une majeure partie de l’année ou de cesser purement et simplement leur activité.

Ne nous laissons pas abattre !

Nous appelons toutes les paysannes et paysans, notamment les éleveurs et éleveuses plein-air et bio, à venir défendre l’élevage de volailles plein-air ce 17 novembre !

C’est l’avenir même de la paysannerie qui est en jeu !!

POUR PARTAGER L’ÉVÉNEMENT FACEBOOK, C’EST PAR ICI : https://fb.me/e/44dINKexd
­
­
­


Se situer

Se situer sur Terre

T’es où ?

Politique d’accessibilité du site

Le format utilisé sur ce site est conçu pour faciliter (...)

Mentions légales

Propriétaire du site

Media Universersel.

Hébergeur (...)